Publié le

Retour sur la configuration d’Octoprint

Je reprend ici l’article Imprimante 3D – Améliorations pour expliquer un peu plus comme j’ai monté mon serveur d’impression. Je vais même vous donner la liste de matériel nécessaire !

1 . Le matériel :

  • Une imprimante 3D (ouais ça sert à rien d’aller plus loin si on en a pas)
  • Un raspberry pi 3 (Sur amazon par exemple même si je le trouve un peu cher ici).
  • Un module relais double 5V (ici).
  • Une alimentation ATX (pour info j’ai celle ci)
  • Des rallonges pour alimentation pour conserver la garantie de l’alim (ici)
  • Une carte SD, moi j’ai pris une 64GB bien regarder la vitesse de transfert (ici).
  • Un port usb femelle récupéré sur un vieux PC ( ca ressemble à ca)
  • Une camera pour le pi (ici)

2. Le montage :

Sur les alimentations ATX, si on connecte le fil vert avec le fil noir, l’alimentation se met en marche. Il y a aussi le fil violet qui est un +5V continu (indépendant de la marche ou l’arrêt par le fil vert de l’alimentation).

Je place donc un relais qui va contacter ma masse avec le fil vert pour alimenter l’imprimante 3D.

Voilà le schéma sur Fritzing :

raspi_bb

L’avantage du double relais est qu’il peut du coup commander autre chose (par exemple moi il contrôle l’éclairage de la cam).

3. La configuration :

Je ne vais pas reprendre l’installation d’Octoprint ici, vous la trouverez sur le site d’Octoprint.

Une fois octoprint installé, on va aller le configurer (soit si on a un écran branché dessus, moi je fais avec ma télé en HDMI, soit par ssh)

On commence par installer WiringPi :

sudo apt-get update 
sudo apt-get upgrade

sudo apt-get install git-core

git clone git://git.drogon.net/wiringPi

cd wiringPi
./build

On fait un petit test en lançant

gpio readall

et on observe quelque chose comme ça :

+-----+-----+---------+------+---+---Pi 3---+---+------+---------+-----+-----+
 | BCM | wPi |   Name  | Mode | V | Physical | V | Mode | Name    | wPi | BCM |
 +-----+-----+---------+------+---+----++----+---+------+---------+-----+-----+
 |     |     |    3.3v |      |   |  1 || 2  |   |      | 5v      |     |     |
 |   2 |   8 |   SDA.1 |   IN | 1 |  3 || 4  |   |      | 5V      |     |     |
 |   3 |   9 |   SCL.1 |   IN | 1 |  5 || 6  |   |      | 0v      |     |     |
 |   4 |   7 | GPIO. 7 |   IN | 1 |  7 || 8  | 1 | ALT5 | TxD     | 15  | 14  |
 |     |     |      0v |      |   |  9 || 10 | 1 | ALT5 | RxD     | 16  | 15  |
 |  17 |   0 | GPIO. 0 |   IN | 0 | 11 || 12 | 0 | OUT  | GPIO. 1 | 1   | 18  |
 |  27 |   2 | GPIO. 2 |  OUT | 1 | 13 || 14 |   |      | 0v      |     |     |
 |  22 |   3 | GPIO. 3 |   IN | 0 | 15 || 16 | 0 | IN   | GPIO. 4 | 4   | 23  |
 |     |     |    3.3v |      |   | 17 || 18 | 0 | IN   | GPIO. 5 | 5   | 24  |
 |  10 |  12 |    MOSI |   IN | 0 | 19 || 20 |   |      | 0v      |     |     |
 |   9 |  13 |    MISO |   IN | 0 | 21 || 22 | 0 | IN   | GPIO. 6 | 6   | 25  |
 |  11 |  14 |    SCLK |   IN | 0 | 23 || 24 | 1 | IN   | CE0     | 10  | 8   |
 |     |     |      0v |      |   | 25 || 26 | 1 | IN   | CE1     | 11  | 7   |
 |   0 |  30 |   SDA.0 |   IN | 1 | 27 || 28 | 1 | IN   | SCL.0   | 31  | 1   |
 |   5 |  21 | GPIO.21 |   IN | 1 | 29 || 30 |   |      | 0v      |     |     |
 |   6 |  22 | GPIO.22 |   IN | 1 | 31 || 32 | 0 | IN   | GPIO.26 | 26  | 12  |
 |  13 |  23 | GPIO.23 |   IN | 0 | 33 || 34 |   |      | 0v      |     |     |
 |  19 |  24 | GPIO.24 |   IN | 0 | 35 || 36 | 0 | IN   | GPIO.27 | 27  | 16  |
 |  26 |  25 | GPIO.25 |   IN | 0 | 37 || 38 | 0 | IN   | GPIO.28 | 28  | 20  |
 |     |     |      0v |      |   | 39 || 40 | 0 | IN   | GPIO.29 | 29  | 21  |
 +-----+-----+---------+------+---+----++----+---+------+---------+-----+-----+
 | BCM | wPi |   Name  | Mode | V | Physical | V | Mode | Name    | wPi | BCM |
 +-----+-----+---------+------+---+---Pi 3---+---+------+---------+-----+-----+

On voit ici que mon GPIO1 et mon GPIO2 sont configurés en OUT (ce qui m’intéresse pour contrôler mon relais !), on va aller les configurer :

sudo nano /etc/rc.local

Et on ajoute juste avant « exit 0 » la ligne :

/usr/local/bin/gpio write 1 0
/usr/local/bin/gpio mode 1 out
/usr/local/bin/gpio write 2 1
/usr/local/bin/gpio mode 2 out

Les lignes 1 et 3 définissent l’état de mes pins au démarrage du Raspi.

Ctrl+X et on valide par Y pour enregistrer la configuration.

Maintenant on va aller ajouter ça à l’interface d’octoprint :

sudo nano ~/.octoprint/config.yaml

Dans la partie « action » on va aller rajouter :

  - action: Printer on
    command: gpio write 1 0
    name: Printer On
  - action: Printer off
    command: gpio write 1 1
    name: Printer Off
  - action: Eclairage on
    command: gpio write 2 0
    name: Eclairage On
  - action: Eclairage off
    command: gpio write 2 1
    name: Eclairage Off

Soit :

system:
  actions:
  - action: shutdown
    async: true
    command: sudo shutdown -h now
    confirm: You are about to shutdown the system.
    ignore: true
    name: Shutdown
  - action: reboot
    async: true
    command: sudo shutdown -r now
    confirm: You are about to reboot the system
    ignore: true
    name: Reboot
  - action: restart
    async: true
    command: sudo service octoprint restart
    confirm: You are about to restart OctoPrint
    ignore: true
    name: Restart OctoPrint
  - action: Printer on
    command: gpio write 1 0
    name: Printer On
  - action: Printer off
    command: gpio write 1 1
    name: Printer Off
  - action: Eclairage on
    command: gpio write 2 0
    name: Eclairage On
  - action: Eclairage off
    command: gpio write 2 1
    name: Eclairage Off

Et du coup on a ces deux entrées dans le menu :

Capture

4. La cam :

Pour la cam, je vous renvoie à l’aide d’Octoprint que vous trouverez ici (pas envie de faire un copier coller du bouzin).

5. Ajout du wifi :

Bon j’ai un CPL qui m’a lâché, donc j’ai voulu connecter le Rasp en Wifi.

Une petit manipulation à faire :

sudo nano /etc/network/interfaces

Le fichier se présente de cette façon :

auto lo
iface lo inet loopback

auto eth0
allow-hotplug eth0
iface eth0 inet manual

auto wlan0
allow-hotplug wlan0
#iface wlan0 inet manual
#wpa-conf /etc/wpa_supplicant/wpa_supplicant.conf


auto wlan1
allow-hotplug wlan1
# iface wlan1 inet manual
# wpa-conf /etc/wpa_supplicant/wpa_supplicant.conf

on va aller rajouter ces deux lignes dans « auto wlan0 » juste après « allow-hotplug wlan0 » :

 wpa-ssid "nom du réseau"
 wpa-psk "Mot de passe"

on ferme, on reboot et voilà on est en wifi !

Publié le

Diamond Hotend – Réglages : « Wipe and prime tower »

Monter un Diamond Extruder, c’est pas très compliqué, par contre coté réglages, je le trouve déjà plus galère.

Pour mes premières impressions, j’ai slicé avec Cura en utilisant la fonction « wipe and prime tower ». Le concept est simple : pour éviter de mélanger les couleurs, on monte en parallèle de la pièce une tour qui va en extrudant éviter de mélanger les couleurs.

Le point noir sous Cura est que pour plus de deux couleurs (même pour deux c’est pas terrible) ça pose 3 couches par couche de l’imprimante, je m’explique un peu pour être plus clair.

Avec une hauteur de couche de 0.2, la tour va monter de 0.6 en 0.6 du coup elle s’effondre assez vite et encrasse la buse (quand ça ne bouche pas la buse…). Bref c’est pourri.

J’ai donc cherché comment faire avec Slic3r qui n’intègre pas cette fonctionnalité.

En fait le concept est assez simple et on ruse un peu pour ne pas avoir une hauteur de couche à 0.4 sur une hauteur de couche de base de 0.2. Mes premiers essais sont plutôt pas mal, au détail prêt que je n’extrude pas assez de filament pour l’instant. voici un petit schéma pour une tour (j’en fais 3) :

tour

Alors en Vert on a un tracé que j’appelle « couche » en gros ce tracé est fait pour chaque couche.

En Rouge le tracé « nettoyage de buse » qui correspond à la sélection de la prochaine couleur.

Je vais continuer à remplir pour revenir vers le centre pour voir si je retombe sur le même système de tour de Cura et donc ne plus avoir de mélange de couleur sur ma pièce.

Coté codage, Slic3r permet de rajouter un gcode au changement de couche ( « After layer change G-code » ) ainsi qu’après le changement d’extruder ( « Tool change G-code » ).

L’After layer change G-code :

G1 X75.2 Y150.0  F9000 ; go to first tower
G91 ; set relative positioning
G1 X0 ; select tower
G1 X0 Y0  F3000.0
G1 X0 Y9.8 E0.3259 F3000.0
G1 X9.6 Y0 E0.3193
G1 X0 Y-9.6 E0.3193
G1 X-9.2 Y0 E0.306
G1 X0 Y9.2 E0.306 F3000.0
G1 X8.8 Y0 E0.2927
G1 X0 Y-8.8 E0.2927
G1 X-8.4 Y0 E0.2794
G1 X8.4 Y8.4 E0.3951 F3000.0
G1 X-8 Y0 F9000
G1 X8 Y-8 E0.3763
G1 X-9 Y-1 F9000.0


G1 X10 ; go to second tower
G1 X0 Y0  F9000.0
G1 X0 Y9.8 E0.3259 F3000.0
G1 X9.6 Y0 E0.3193
G1 X0 Y-9.6 E0.3193
G1 X-9.2 Y0 E0.306
G1 X0 Y9.2 E0.306 F3000.0
G1 X8.8 Y0 E0.2927
G1 X0 Y-8.8 E0.2927
G1 X-8.4 Y0 E0.2794
G1 X8.4 Y8.4 E0.3951 F3000.0
G1 X-8 Y0 F9000
G1 X8 Y-8 E0.3763
G1 X-9 Y-1 F9000.0


G1 X10 ; go to third tower
G1 X0 Y0  F9000.0
G1 X0 Y9.8 E0.3259 F3000.0
G1 X9.6 Y0 E0.3193
G1 X0 Y-9.6 E0.3193
G1 X-9.2 Y0 E0.306
G1 X0 Y9.2 E0.306 F3000.0
G1 X8.8 Y0 E0.2927
G1 X0 Y-8.8 E0.2927
G1 X-8.4 Y0 E0.2794
G1 X8.4 Y8.4 E0.3951 F3000.0
G1 X-8 Y0 F9000
G1 X8 Y-8 E0.3763
G1 X-9 Y-1 F9000.0

G90 ; set absolute positioning

Le Tool change G-code :

; tool change
T[next_extruder] ; select extruder to wipe
G1 X75.2 Y150.0 F9000 ; go to first tower
G91 ; set relative positioning
G1 X[next_extruder]0 ; select tower
G1 X1 Y1  F9000.0
G1 X0 Y9.8 E0.3259 F3000.0
G1 X9.6 Y0 E0.3193
G1 X0 Y-9.6 E0.3193
G1 X-9.2 Y0 E0.306
G1 X0 Y9.2 E0.306 F3000.0
G1 X9.2 Y0 E0.2927
G1 X0 Y-8.8 E0.2927
G1 X-8.6 Y0 E0.2794
G1 X0 Y8.4 E0.2794 F3000.0
G1 X0 Y0 E0.2661
G1 X0 Y-8 E0.2661
G1 X0.4 Y0 E0.2528
G1 X0 Y7.6 E0.2528 F3000.0
G1 X7.2 Y0 E0.2395
G1 X0 Y-7.2 E0.2395
G1 X-6.8 Y0 E0.2262
G1 X0 Y6.8 E0.2262 F3000.0
G1 X6.4 Y0 E0.2129
G1 X0 Y-6.4 E0.2129
G1 X-6 Y0 E0.1996
G1 X10.0 Y-10.0  F9000.0 ; wipe
G90 ; set absolute positioning

Le soucis qu’il me reste est de faire fonctionner correctement la rétractation pour éviter la toile d’araignée entre les tours et la pièce à imprimer.

Publié le

Diamond Hotend

Je me suis fait un petit plaisir, je me suis acheté une Diamond Hotend de RepRap.me Je l’ai commandée sur eBay (Moins chère que sur le site) au prix de 130€ livraison incluse.

Le kit est complet et donc prêt à monter. Je passe sur le montage, le guide pdf est très bien fait.

              1. La modification du firmware

Pour le moment je reste sur le firmware Marlin, je passerai plus tard sur Repetier (qui offre plus de paramétrage pour l’impression dont le color mixing).

J’ai donc récupéré le firmware pré-paramétré sur le Github de RepRap.me et je l’ai modifié pour l’auto-levelling et le plateau chauffant (voir cet article).

Au début je n’avais pas de lit chauffant (la température du lit n’était pas détectée, les pins attribués n’étaient pas les même que sur le firmware BQ).

              2. La préparation de l’impression :

J’ai commencé par télécharger Repetier Host, je l’ai configuré avec les dimensions de mon plateau, 3 extruders :

repetier2Repetier1

ensuite j’ai configuré le plugin Cura :

Cura1 cura2 cura3

Alors je n’utilise pas de rétractation pour l’instant car ça déconne de ce coté là.

Ce que j’aime bien avec cura, c’est le « Prime Tower » ça monte une tour lors des changements de couleur, pour éviter au maximum de les mélanger (Bon ça merde un peu, il faut que je me renseigne là dessus, la tour monte plus vite que l’impression quand on est sur une petite pièce).

            3. Les soucis :

Très galère au début, j’ai eu envie de tout démonter et remettre la mono tête…

  • Les tubes PTFE doivent être très bien plaquées contre la tête (en gros pour le montage, je met le tube dans le Heatsink et il faut bien viser (prendre une bonne paire de pince, sinon ça fuit).
  • Quand on met en place les filaments, on les pousse, mais sans forcer (on ne cherche pas à extruder manuellement, car si un des filaments n’est pas en place, ben ça bouche le haut de la buse).
  • Réglage manuel des steppers, et oui, il faut les ajuster en tournant dans un sens dans l’autre….
  • Au début j’ai préparé mes impressions avec Slic3r (comme conseillé dans la doc) ben ça n’a pas fonctionné… En même temps, même avec l’extruder de base ça ne fonctionnait pas non plus (un paramètre ou plus doivent m’échapper).

 

              4. Conclusion (pour l’instant) :

Je suis assez satisfait et je ne regrette pas mon achat, je pense quand même modifier switcher entre la diamond et la hotend classique (une fois que tout est bien réglé ça doit rouler).

 

              5. Ce qu’il reste à faire :

Configurer le firmware repetier (réussir à faire fonctionner l’auto-lever, le plateau chauffant…) et prendre en main le color mixing pour pouvoir imprimer avec 16 couleurs et non 3 !

              6. Photos et vidéo :

IMG_1696 IMG_1697